Reformer Le Secteur Du Credit

Reformer Le Secteur Du Credit

Prêt renouvelable : davantage de sévérité pour moins de familles brisées

Il est compliqué de se mettre en tête qu'un jour, nos sociétés seraient capables de s'émanciper totalement du système de crédit actuel. Normal, ce paradigme est loué comme le seul capable de garantir notre développement et, par conséquent, le bien-être de tous. S'il n'y a pas de crédit, point d'entrepreneuriat, de prêts immobiliers ni de ventes d'automobiles neuves. En somme, une situation économique apocalyptique. Bien que l'enjeu ne soit pas de remettre en cause le principe même de l'endettement, la généralisation du crédit à la consommation et ses conséquences catastrophiques sur les familles est en revanche un phénomène beaucoup plus problématique.

Ce qui pose problème dans le prêt revolving

Qu'il soit question d'un crédit hypothécaire pour une habitation ou d'un financement aux entreprises, certaines formes d'emprunts sont incontournables pour la concrétisation de projets de premier ordre. Pour les ménages, le prêt personnel est aussi indispensable pour un achat de voiture, aménager sa maison ou payer les études des enfants. Bien sûr, il n'y a pas vraiment d'objections à émettre sur le principe même du crédit quand il permet de concrétiser un projet utile. Dès lors que la banque est assurée de la bonne santé économique de l'emprunteur et de sa capacité de remboursement, elle peut octroyer un prêt. Un système est pourtant dans le viseur des associations de lutte contre le sur-endettement : les prêts à la consommation renouvelables. D'abord par leurs taux ahurissants, mais aussi par leurs règles de remboursement (réserve d'argent qui se reconstitue au fil Des idees pour remplacer le credit revolving mensualités) qui a pour conséquence de créer un cercle vicieux et qui alimente le sur-endettement. Les clients l'utilisent principalement pour des achats en magasin grâce à une carte assortie, ou pour se constituer une réserve de disponible en cas d'urgence. Le problème, c'est que l'emprunteur est parfois enclin à utiliser cette réserve comme s'il s'agissait ici de son propre compte courant pour au final se laisser aller à des achats sans grand intérêt et à taux exorbitant. Si aucune initiative visant à plafonner sérieusement les taux, ou même une suppression nette de cette pratique n'est exprimée, alors la lutte contre le sur-endettement est quasiment perdue d'avance.

Cette mesure pourrait pousser les prêteurs à réfléchir sur de nouvelles formes de crédit moins addictives.

Si les prêteurs ne coopèrent plus, comment relancer la distribution de crédits ?

Si le crédit renouvelable était amené à disparaître, il est probable que ce soient les grandes surfaces et les sites de e-commerce qui en souffriraient les premiers. Pour s'équiper en téléviseurs ou appareils électroménager, beaucoup de clients ont recours au prêt renouvelable. Le problème est que les établissements de crédit pourraient ne pas vouloir mettre à jour leur gamme de crédits, en remplaçant par exemple le crédit renouvelable par un prêt personnel à petit montant.
Des alternatives devront alors rapidement être déployées.

Dans un premier temps, nous pourrions imaginer que l’État accompagne des acteurs de la distribution (grande, petite et en ligne) pour la création d'un organisme de crédit de « métier ». À terme, l'objectif serait de proposer un prêt réservé aux achats et avec un TAEG indexé sur le prêt personnel du marché (mais plafonné). Son contrôle pourrait être attribué à une agence semi-publique ou à une société spécialisée et les administrateurs auraient une large autonomie dans sa gestion. Si le projet se concrétise, il est possible d'imaginer que les acheteurs obtiendraient une carte de crédit associée à leur prêt, mais sans le système de réserve d'argent. S'ils mettent en commun leurs forces, les commerçants auraient plus à y gagner et les clients feraient des économies d'intérêts.

Une autre solution consisterait à passer par le prêt entre particuliers. Les emprunteurs devront se rendre sur une plateforme d'intermédiation afin de réaliser une simulation de prêt personnel. De cette façon, les investisseurs particuliers financeraient les consommateurs et ces derniers devront rembourser normalement par mensualités. S'il n'est pas très compliqué de créer un tel projet, le défi numéro un serait de faire en sorte que les prêteurs s'inscrivent en masse et rapidement afin de pouvoir relancer le marché du crédit.


L'ultime initiative serait à négocier avec la Banque centrale pour qu'elle accepte de capitaliser les sociétés publiques de crédit. Dans ce cas de figure, les sommes d'argent investies profiteraient directement aux ménages et favoriseraient l'économie du quotidien.

About us

  • With the aim of making modern buildings safer, secure, comfortable and efficient SPYRO SYSTEMS LTD. has begun its journey. We deliver a complete solution for controlling and monitoring heating, ventilation, and air conditioning (HVAC) application and other building technology areas. Our skilled team is committed to provide innovative solutions and world-class service to the valued customers.

    Read more...

Get In Touch

House No# 525 (4th Floor),
Road No# 10, Baridhara DOHS,
Dhaka, Bangladesh
Cell No: +88-01535899761

support_spyro@spyroltd.com